Blog

L’ISR, UN CONCEPT RECENT ?

Par Corinne Poulain, analyste ISR.

 

Qu’est-ce que l’ISR (Investissement Socialement Responsable) ?

Il s’agit d’investissement éthique qui intègre les critères extra-financiers notamment l’engagement des entreprises en matière d’environnement, leur responsabilité sociale ainsi que leur politique de gouvernance (ESG).

 

Quelle est son origine ?

La notion d’ISR voit réellement le jour au 18ème siècle et provient d’un mouvement philanthropique religieux de la communauté anglo-saxonne des Quakers.

Les Quakers sont membres d’une communauté protestante et s’érigent contre la possession de richesse en faveur de l’égalité. Ils deviennent au cours du 18ème siècle des acteurs économiques de première importance et détiennent les principales industries du pays.

Ils sont réputés pour leur intégrité. Leurs préoccupations sociales s’illustrent par l’attention portée à la formation, la santé et les conditions de vie de leurs employés.

En raison de persécutions à certaines périodes de l’histoire, les Quakers furent contraints à l’exil et ceux installés aux Etats-Unis furent parmi les premiers à refuser à tirer profit de la vente d’esclaves et de d’armes. Ils consacrèrent leur argent à des campagnes sociales pour l’abolition de l’esclavage, l’amélioration des conditions de vie dans les prisons, l’éducation et la salubrité du développement humain.

 

Quelle évolution a connu l’ISR ?

L’ISR prend racine entre 1890 et 1917. Cette période est décrite par les historiens comme un âge des croisades. L’avènement d’un nouvel ordre social domine la vie politique en 3 principaux points :

  • La moralisation de la conduite des individus
  • La protection sociale des plus défavorisés
  • Redéfinition des relations entre le gouvernement et les gouvernés, entre les grands industriels et la société.

Comme les Quakers l’avaient défini, l’ISR trouve sa source dans le besoin de retrouver une intégrité personnelle et d’adopter une attitude cohérente entre ses investissements et son éthique personnelle.

L’ISR prend réellement forme dans les années 20 avec le lancement du premier fonds incluant des critères éthiques, Pionner Fund, en 1928 par l’église évangéliste d’Amérique qui s’opposait à la consommation d’alcool et de tabac. Toutes les actions des entreprises liées à ces industries étaient directement éliminées de leur univers d’investissement (principe d’exclusion).

Aux Etats-Unis, l’année 1969 marque le début de l’investissement socialement responsable dans sa version moderne. La guerre du Vietnam fait rage, Martin Luther King a été assassiné, ce qui rend difficile le soutien économique au régime de l’apartheid en Afrique du Sud.

En 1970, Ralph Nader, qui s’est fait connaître par ses campagnes sur les droits des consommateurs, dépose neuf résolutions allant de l’opportunité d’embauche pour les minorités à leur représentation au Conseil d’Administration en passant par le droit des consommateurs, lors de l’Assemblée Générale de General Motors, deux seront inscrites. C’est la première fois dans l’histoire américaine que des résolutions sociales apparaissent dans un scrutin d’assemblée générale d’actionnaires.

Le premier fonds ISR fut créé par deux pasteurs américains de l’église méthodiste. Le Pax World Fund créé en 1971 est né de la mise en cause de la responsabilité des entreprises dans les conflits humains et les catastrophes écologiques. A la base le Pax World Fund est un instrument de boycott et celui-ci s’est transformé en un véritable instrument financier visant à soutenir le développement durable.

Le Pax World Fund traversera l’Atlantique et donnera naissance au premier fonds éthique anglais en 1984 et en 1986 au Canada.

A l’échelle mondiale, l’investissement socialement responsable a été reconnu à travers les « Principes pour l’Investissement Responsable ». Ces principes ont été mis en place par le programme des Nations Unies pour l’Environnement/Initiative Financière (UNEP/FI) et le Pacte Mondial des Nations Unies. Le but de renforcer le sens des responsabilités sociétales et le civisme des entreprises. L’idée est de s’orienter vers une économie plus durable et plus ouverte.

En France, de nombreux mouvements en faveur du développement durable et d’une finance plus responsable prennent de l’ampleur. Dès 1983, les premiers fonds « solidaires » et « de partage » apparaissent. Le premier fonds ISR éthique français est créé sous l’impulsion de sœur Nicole Reille qui souhaitait la création d’un fonds investi dans des entreprises plus respectueuses de la place de l’Homme.

Les débuts des années 1990 voient le développement des premiers fonds « verts » et la fin des années 1990 marque le développement en Europe et en France, des premières agences de notations extra-financières européennes, des promoteurs de l’ISR (les forums ISR continentaux et nationaux) ou encore des centres de recherche extra-financière (l’ORSE en 2000 et Novethic en 2001).

L’Investissement socialement responsable (ISR) a connu ces dernières années un développement particulièrement fort en France. Selon Novethic, les encours sous gestion (fonds, mandats et gestion en direct confondus) sont passés en France de 3,9 mds€ en 2003 à 222,9 mds€ en 2014. Ces encours ISR recouvrent des stratégies et des philosophies différentes. Par ailleurs, cette progression correspond en partie à la conversion « ISR » de gestions existantes. Cette croissance de la gestion ISR est portée principalement par les investisseurs institutionnels qui représentent 82 % du marché.

En 2014, selon Novethic et le FIR, la sélection ESG reste la principale stratégie ISR mise en place. Sur les 97% d’encours soumis à cette approche, 90% respectent une approche Best-in-class (le meilleur de sa catégorie) et 7% une approche Best-in-universe (le meilleur dans le monde). Les sociétés de gestion sont de plus en plus nombreuses à combiner ces approches ESG avec des exclusions normatives pratiquées désormais par les trois quarts du marché.

En s’inscrivant dans un référentiel économique dont l’objectif principal est la recherche de performance financière, l’ISR fait face à une rupture majeure qui le positionne non plus en dehors du monde financier conventionnel mais au cœur de ce dernier. Par l’intégration de critères extra-financiers dans ses processus d’investissement, il cherche à dépasser son statut de niche pour intégrer voire changer la gestion conventionnelle.

0 Partages

2 réflexions au sujet de « L’ISR, UN CONCEPT RECENT ? »

  1. Ce petit historique sur les origines de l’ISR est très intéressant car il en explique le sous-jacent idéologique et par là montre que le véritable moteur d’un investissement est bien le sens de la finalité qu’on lui donne.
    « Accumulation de capital et avarice ne peuvent représenter des objectifs de vie mais simplement le moyen jugé comme nécessaire pour atteindre un objectif de vie supérieur. Honoré de Balzac (Tours 1799-Paris 1850) ;
    Beatrix: « Quand l’avarice se propose un but, elle cesse d’être un vice, elle est le moyen d’une vertu. »
    Dans un monde où le matérialisme est roi et la course au profit la norme, une véritable approche ISR de son épargne apparaît comme très moderne, voire disruptive dans son approche. Mais là encore une tendance à normaliser ce qui se veut être différent revient à retomber dans les travers dont cette norme a voulu s’affranchir. Il est alors primordial de se remettre en question constamment et de se faire conseiller par des personnes qui ont cette quête sans cesse renouvelée d’aller chercher de nouvelles solutions qui répondent à cette exigence. La norme tue, l’Esprit vivifie. Je ne peux que recommander les analyses poussées réalisées par Emmanuel et son équipe dans cette recherche originale et engagée qui mêne à la Vie.

    1. Merci pour votre commentaire Pierre !
      Nous faisons tout pour justement éviter les travers de la « norme », en échangeant notamment au quotidien avec des professionnels et des particuliers nous apportant leurs visions divergentes de la nôtre.
      Au plaisir de vous relire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.